À venir

Participation à
Pareidolie avec l’artiste Catherine Melin

Salon du dessin – Exposition 2019.

30 aout au 1er septembre 2019

Paréidolie* est le temps fort autour du dessin contemporain pendant la rentrée de l’art contemporain à Marseille (FR), le dernier week-end d’août.
Rendez-vous convivial, intimiste et exigent, Paréidolie s’adresse à tous les collectionneurs, amateurs, grand public ou connaisseurs du dessin contemporain, à qui il propose une découverte stimulante de ce medium dans ses multiples aspects, de la miniature au walldrawing. La sélection d’une quinzaine de galeries européennes invitées est confiée à un comité artistique extérieur tandis que le comité de pilotage offre des cartes blanches à des acteurs et artistes du territoire et gère les événements partenaires dans la Ville.

* Paréidolie vient du grec ancien « para » à côté de et « eidos » apparence, forme. Une paréidolie consiste à associer un stimulus visuel informe à un élément identifiable, souvent de forme humaine ou animale.

Paréidolie*, the International Contemporary Drawing Fair in Marseille, is one of the highlights of the city artistic scene, every year last week-end of august,
Well knowed for its friendly, cosy, yet highly professional atmosphere, the fair invites thousands of amateurs, professionals and art collectors to discover the variety of expressions of this medium nowadays. The 15 european galleries are selected by an independant artistic committee and besides, Cartes blanches associated events throughout the city and a SEASON OF DRAWING complete and continue the focus on Drawing during the autumn in Marseille and around.
*Paréidolie comes from greek « para : beside » and « eidos : form, appearance ». A paréidolie is an association of a visual stimulus and a well known element, often of animal or human shape.

Espace pour l’art choisit les artistes qui prélèvent des éléments d’une réalité pour les questionner.
Dans la dernière exposition à Arles, le sujet, Favorin, découvert, sur une plaque, qui indique le nom d’une rue, permettait de saisir une étrangeté, -un philosophe du 1er s né à Arles oublié et cependant signalé. Plusieurs commissaires, artistes et philosophes ont travaillé sur ce sujet dans la ville.
Ici à Pareidolie, ont voit le travail de l’artiste Catherine Melin, qui s’étonne et extrait de son visible des éléments qu’elle  dessine en situation d’apesanteur, d’oscillation, faisant entrer dans la composition le vide, l’instabilité. Autrement dit elle ajoute de l’allégresse dans un réel que nous ne remarquerions pas et qui,  à coup sûr ne se laisserait même pas approcher.

« L’ouverture du dessin à l’espace réel et à ses surfaces est essentielle dans ma pratique. La spatialité du dessin, ses extensions, son déploiement dans l’espace font parti du travail pour mettre à jour des frictions, des équilibres précaires, des logiques d’oscillations
entre déconstruction et construction. Modulable et modulaire, structures spatiales et dessins cohabitent pour créer un espace composite.
Le mur devient le support d’éléments plastiques hétérogènes qui produisent une circulation aléatoire du regard dans l’espace en jouant de différents états du dessin. » Catherine Melin